Les Peignes

Hokusai, XVIIIème

Japon, XIXème

Lalique, France, fin XIXème début XXème

Joliejye, France, XXIème

Gardens of whimsy, Etats-Unis, XXIème

Je n’ai jamais porté de peigne orné, je crois, y compris lorsque j’avais les cheveux très longs. Même à ma Barbie Mulan qui avait un peigne dans sa panoplie de princesse chinoise, je n’en mettais pas. D’une part, parce que le plastique était bien trop épais pour que je puisse le glisser dans son chignon sans le ruiner, et d’autre part parce qu’il finissait toujours par tomber. J’imagine que pour mes cheveux, c’était pareil : pour pouvoir porter un peigne sans avoir peur de le perdre, il faut un chignon qui tienne la route.

Lorsque j’ai découvert sur Gallica les études d’Hokusai pour des peignes, ce mépris absolu pour cet accessoire m’a semblé un peu injuste. Si même un immense artiste comme le Japonais réalisait de ces choses, elles ne pouvaient pas être totalement mauvaises. Et avec quelle maîtrise ! Le dessin souvent jaillit du cadre prédéfini par l’objet, le rend irréalisable à moins d’un compromis insupportable quant à la foison de détails, de lignes et de volumes. Comme la finesse de l’ivoire gravé a l’air grossière comparée aux études du maître ! Il faudrait imaginer réaliser ces dessins par imprimante 3D ou par sculpture au laser, pour espérer approcher le pinceau et l’encre de Chine.

Comme les motifs me faisaient penser à l’Art Nouveau, je suis allée piocher dans la bibliothèque en ligne du musée des Arts Déco. Entre stylisation et figuration, l’objet est ici autonome du dessin, devenu bijoux en tirant parti de toutes les ressources du média. Volontairement, je n’ai pas mis de photo où on pourrait voir ces peignes en situation. Il faut les imaginer surgissant d’un chignon de la Belle Epoque, une perle envoyant un rayon discret sous un chandelier de l’opéra. Cette branche en bourgeons, perchoir à libellules, comme elle devait sembler luxueuse et bucolique, ainsi posée sur la chevelure d’une élégante, nymphe des bois aux ongles propres.

Je ne saurais pas dire quand le peigne est tombé en désuétude. Aujourd’hui, très lié aux tenues de mariage, il semble toujours trop habillé. En effet, la coiffure est déjà une recherche, le peigne en ajoute une autre, et cette addition de signes produit un effet de raffinement qui ne semble guère adapté à la vie de tous les jours. Peut-être ce raisonnement explique-t-il la simplicité des peignes de Joliejye, et l’exubérance de ceux de Gardens of Whimsy : il s’agit de désamorcer le potentiel strict du peigne, soit par le minimalisme soit par l’exagération. Cependant, je remarque que depuis les dessins d’Hokusai, la transformation est complète : on part d’une représentation à plat de la nature, reproduite par gravure dans l’épaisseur donnée de l’objet, en passant par un objet-nature, qui l’évoque par l’art du joaillier tout en accordant une plus grande importance aux trois dimensions, pour arriver à un peigne qui n’est plus objet mais support de mauvaise qualité qui doit disparaître dans la chevelure, décoré d’objets ajouté, ici d’objets textiles, dissociant le beau et l’utile. Les peignes d’Etsy auraient tout aussi bien pu être des barrettes, qui ont d’ailleurs beaucoup plus de succès (chez Joliejye : 6 modèles de peignes pour 18 modèles de barrettes ; chez Gardens of whimsy : 3 modèles de peignes pour 23 modèles de barrettes).

Loin de moi l’idée de faire de l’évolutionnisme appliqué à la mode, et j’admets aussi que je compare deux maîtres à deux anciennes amatrices. La fin n’est pas la même, le signe n’est pas le même. Cependant je me demande si la fureur des peignes reparaîtra un jour. Nous verrons bien, sans doute lorsque nous n’aurons plus peur de les perdre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s