Bilan couture, starring Nana, Anna Karénine et Ouvrages féminins

Pour ne pas faire mentir la partie couture du titre, voici quelques dernières réalisations et projet en cours.

Le premier élément réalisé dès que je suis rentrée de Lyon : un masque pour les yeux. Plus grand que celui du sachet de Air Asia qui m’a dépannée avant le doublage des rideaux dans ma première chambre de ville, plus doux et plus joli aussi.

Le tissu a été trouvé sur un marché aux puces, le motif correspond bien à la mission de cette année : de la verdure à la Grand-Ville, même de la fausse, de la conventionnelle, de la cliché, c’est pas grave. Qu’il y en ait ! Le masque est doublé de soie vieux rose, et les lanières en dentelles sont élastiques.

Dans la même caisse que le coton liberty, il y avait des échantillons de tapissier regroupés par couleur, ici trois carrés sur le thème « bleu », apparemment. Parfois, je rentre dans des boutiques de décoration hors de prix juste pour voir les échantillons de tissus d’ameublement, en me faisant toujours envoyer balader lorsque je demande ce qui advient de ceux de la saison dernière, ou même d’il y a plusieurs années, ou même des chutes.

Je voulais surtout utiliser le joli tissu à motifs XIXe pour un sac, mais avec les trois carrés que j’avais, difficile de réaliser une besace comme j’ai plutôt l’habitude : je n’aime pas trop avoir une main prise lorsque je sors. La doublure est en coton avec une poche trop lâche qu’il faudrait boutonner, les anses sont trois cordons de passementerie tressés.

Et enfin, j’avance un short Hamlet, c’est-à-dire un short boule type XVIe siècle d’après un patron d’époque trouvé chez Janet Arnolds. Ce projet trotte dans ma tête depuis un an au moins, à l’époque je le voyais bien avec une veste militaire, des bottines molles et peut-être un chapeau melon. D’abord, j’ai mis du temps à comprendre comment retranscrire le patron en taille réelle, puis du temps à réaliser un modèle en toile à patron, qui ne sert maintenant presque à rien puisque réalisé il y a trop longtemps, puis du temps à choisir le tissu définitif, puis du temps à l’acheter, puis du temps à oser modifier le patron, puis du temps à oser passer à l’action.

Puis, entre temps, j’ai eu envie de me mettre à la broderie, déçue, sans doute pour de mauvaises raisons, qu’aucun vêtement fait main que je possède n’ait de marque pour l’indiquer, quelque chose, un griffe quoi. Du coup, une petite initiale brodée dans la doublure ne peut pas faire de mal.

Les feuilles de lierre, la seule chose brodée pour le moment, sont mes premières broderies au passé plat. Mes premières broderies tout court, en fait. Restent les petites baies noires et la tige, avant d’assembler la doublure.

Bien entendu, une meilleure résolution est disponible en cliquant sur les photos.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s